Longue vie aux travailleurs indépendants

La moitié de la population mondiale - soit environ 4 milliards d’humains - a été confinée pendant près de 3 mois en 2020. Une crise sanitaire sans précédent à l’échelle de l’humanité. Et comme beaucoup d’autres, le secteur de l’enseignement de la conduite a été touché de plein fouet.

Nous voyons désormais le bout du tunnel : les auto-écoles ont repris leur activité le 11 mai et les milliers de candidats Ornikar ont repris les leçons de conduite avec nos enseignants partenaires. C’est tout le secteur de l’enseignement de la conduite qui respire à nouveau.

Les actions pour faire face à la crise

Il existe une forte incompréhension de la part des secteurs traditionnels vis-à-vis du statut d’indépendant. Ce ressentiment a été porté à son paroxysme durant le confinement. Au cours de cette période exceptionnelle, nous avons pu constater la prolifération de devins - ou opportunistes - qui prédisaient la fin des travailleurs indépendants en France. 

Cependant, les efforts mis en place par l’Etat, la mobilisation des entreprises du secteur et les indépendants eux-mêmes ont permis de surmonter cette période exceptionnelle. Au point que le statut d’indépendant en ressort grandi et a permis de casser (en partie) les préjugés quant à ce statut particulier et avantageux

L’Etat, un rôle prépondérant

L’Etat s’est fortement mobilisé afin de venir en aide à l'économie française, et cela sans oublier les travailleurs indépendants. La mise en place d’un fonds de solidarité a permis d’aider ces travailleurs du XXIème siècle. Les micro-entrepreneurs ont donc pu se faire verser une prime de 1 500€. Les critères d’éligibilité ont été élargis (aux entreprises créées après le 1er février 2020) afin de permettre au plus grand nombre d’en bénéficier. Aussi, cette prime prévue initialement pour le mois de mars a été reconduite pour avril.

La mobilisation d’Ornikar

Les dirigeants d’Ornikar ont décidé de soutenir leur réseau par la mise en place d’une subvention exceptionnelle de 500 000 euros. Tous les enseignants de la conduite partenaires qui ne sont pas éligibles aux aides de l’Etat sont concernés et cela leur permet de compenser l’arrêt total de leur activité.

Et contre toute attente, seul un faible pourcentage de notre réseau de 1 000 enseignants partenaires ont soumis une demande pour cette subvention d’Ornikar. Ce qui est très rassurant concernant la couverture des indépendants déjà concernés par l’aide de l’Etat. 

Par ailleurs, le soutien d’Ornikar s’est également exprimé à travers une communication renforcée : centre d’aide spécifique à l’arrêt de l’activité, sessions d’informations en ligne, newsletter hebdomadaire...

Ces élans de solidarité, d'entraide et d’accompagnement au cours de la crise sanitaire ont aussi permis de casser les a priori quant au statut des travailleurs indépendants.

Les plateformes d’indépendants 

Dans d’autres secteurs, de nombreuses entreprises se sont aussi mobilisées afin d’accompagner les indépendants durant la période de confinement. 

A titre d’exemple, Malt, la plateforme de mise en relation entre travailleurs indépendants et les entreprises, a écrit un article explicatif pour aider les indépendants dans leurs démarches. 

De même, Shine, un service bancaire en ligne destiné aux indépendants, a utilisé son groupe Facebook “Freelance et entrepreneurs, Shine Community” afin de répondre à toutes les questions des indépendants. 

Ces efforts de communication et de réassurance ont permis de renforcer les liens entre les plateformes et les travailleurs indépendants.

Vers une amélioration du statut des travailleurs indépendants ?

Le parlement français est en pleine réflexion sur le statut des travailleurs indépendants. Plus précisément, un rapport d’information : “Travailleurs des plateformes : au-delà de la question du statut, quelles protections ?” a été déposé par 3 sénateurs le 20 mai 2020. 

Etat des lieux 

Dans cette étude, ils mettent en avant l'existence d’une grande diversité d’acteurs - ou de “plateformes de services organisés”. Ces derniers présentent aussi de multiples modèles économiques : mise en relation, missions régulières ou ponctuelles, démarches à but non lucratif. Les sénateurs soulignent que le statut de travailleur indépendant qui effectue des missions par l'intermédiaire d’une plateforme n’est pas synonyme de précarité. Leurs rémunérations nettes dépassent le SMIC horaire. Au sujet de la protection sociale, les sénateurs relèvent que les travailleurs indépendants bénéficient de la même couverture que les salariés concernant les frais de santé ou encore les prestations familiales. Cependant, les indépendants ne sont pas couverts par l’assurance chômage et doivent souscrire à une assurance supplémentaire pour être protégés en cas d’accident du travail.

Les pistes de réflexion

La commission des affaires sociales estime qu’il est nécessaire de dépasser le débat sur le statut des travailleurs des plateformes et de développer des droits et une couverture sociale indépendants du statut. L’objectif est de pérenniser le statut tout en protégeant mieux les travailleurs indépendants. Le rapport recommande par exemple d’universaliser certains droits sociaux.
Voici quelques pistes évoquées :

L’ensemble des mesures considérées a pour objectif de remettre à plat les règles du régime des travailleurs indépendants. Cela reposerait sur la régulation des plateformes ainsi que la refonte du dialogue social entre les parties prenantes.

Qu’est-ce que l’indépendance ?

Un travailleur indépendant est un entrepreneur qui exerce librement et en toute autonomie. 

Le nombre de micro-entrepreneurs a explosé au cours des dernières années : on compte actuellement plus de 3 millions d’indépendants en France, dont un tiers de micro-entrepreneurs. 

Les avantages de l’indépendance

Les micro-entrepreneurs font le choix de l’autonomie afin de bénéficier de multiples libertés que le salariat ne leur permettait pas. Voici un rapide rappel des avantages du choix de l’indépendance :

Les travailleurs indépendants ont la possibilité de construire leur propre emploi du temps et ainsi mieux allier vie professionnelle et vie personnelle.

Grâce à une meilleure gestion de leur planning, les micro-entrepreneurs sont capables de mieux gérer leurs activités et donc d’augmenter les missions rémunératrices.

En tant que travailleur indépendant, un micro-entrepreneur n’est soumis à aucune hiérarchie ce qui lui permet d’exercer son activité de façon sereine, autonome.

Le travailleur indépendant et la protection sociale

De nombreuses critiques persistent concernant la protection sociale des travailleurs indépendants. Selon les détracteurs du statut, celle-ci serait inexistante, arguant que “les micro-entrepreneurs ne paient pas de charges”. Or, tout indépendant est bien tenu de payer chaque mois ou trimestre des charges sociales, à hauteur de 22% de son chiffre d’affaires. 

Aussi, le statut d’indépendant est affilié au régime général depuis 2020. 

Ces cotisations permettent donc de bénéficier d’une couverture maladie proche de celle d’un salarié, c’est-à-dire :

Ainsi, un travailleur indépendant paie des impôts - ou cotisations fiscales et sociales - afin de bénéficier de prestations sociales à vie.

A propos d’Ornikar

Organisme de formation à la conduite et à la sécurité routière, Ornikar a pour vocation de former des futurs conducteurs responsables et prudents sur les routes. Nous avons obtenu notre agrément en 2016 qui permet de délivrer des heures de conduite partout en France. En tant qu’auto-école en ligne, Ornikar travaille avec un réseau d’enseignants de la conduite partenaires qualifiés qui redécouvrent la passion d’enseigner. Ils sont leur propre patron et bénéficient d’une totale liberté notamment dans le suivi pédagogique de leurs élèves. Aussi, l’équipe Ornikar ne donne aucune instructions aux enseignants partenaires. Il n’existe donc aucun lien de subordination. Pour en savoir plus : “Les relations entre Ornikar et les enseignants partenaires

Une illustration de voiture sur une route
Téléchargez le guide 2021 de l'enseignant de la conduite indépendant.

Nos autres articles